Temps de lecture:

Bons réflexes

Si comme tout bon photographe, je suis à l’écoute des dernières technologies et innovations en matière de matériel photographique, je laisse la place aux pros et aux spécialistes (ici, par exemple) pour en parler et le tester.

Le billet de ce mois parlera donc des bons réflexes à avoir au quotidien pour tout amoureux de la photographie. Je me suis donc amusé à dresser une liste de commandements pour tout photographe ou amoureux de l'image qui se respecte... à appliquer avec beaucoup d’humour !

1. Toujours avec toi, ton appareil tu prendras (et carte et batterie, tu n'oublieras pas)...

Combien de fois vous est-il arrivé de vous dire: "Ha, mince, si j'avais su, j'aurais pris mon appareil photo..."? Pis encore, combien de fois vous êtes-vous dit que ce n'est pas grave, que vous reviendrez, et que de toute manière votre appareil est, soit trop gros, soit de pas assez bonne qualité, histoire de vous déculpabiliser? Je fais le premier pas: ça m'est arrivé de bien trop nombreuses fois! Hé oui, malheureusement, personne n'est à l'abri. S'il faut, certes, profiter d'apprécier le spectacle qui s'offre à nous, il est parfois très jouissif de se dire qu'on a eu la chance d'assister à tel performance spectaculaire ou spectacle magnifique et que l'on a, en plus, pu prendre le cliché qui nous permettra d'immortaliser ce souvenir.

AbracadabraNon seulement l'illusion est bonne, mais surtout, le magasin devant lequel ces deux personnes se situent est tout à fait intéressant. Un bonne pub gratuite.

Le fait de s'équiper de son appareil photo va déclencher toute une série d'automatismes; le regard devient alors plus affuté. Attention toutefois à ne pas être obsédé de trouver LA photo qui va impressionner tous vos proches et bien d'autres. En effet, être alerte à la moindre opportunité photographique, ne veut pas non plus dire pourrir la vie à votre famille en étant complètement obnubilé par cette photo: vous risquerez de faire des mécontents! Prenez votre appareil - après tout vous l'avez acheté pour faire des belles photos, si c'est un gros appareil, vous l'avez acheté pour prendre des clichés encore plus magnifiques et non réciter toutes les spécifications et l'afficher dans une vitrine - mais surtout; prenez du plaisir! Petit avertissement toutefois, car il se peut qu'en transportant votre appareil vous ne l'utilisiez pas tous les jours: veillez quand même à vérifier la batterie, si elle est chargée, et à vider de la carte les dernières photos des 70 ans de tata Odette. Ce serait dommage de se trimbaler son appareil, mais de ne pouvoir l'utiliser faute de courant ou de place...

2. De plusieurs objectifs, tu t'équiperas (et avec ton conjoint, tu divorceras)...

Bien que les appareils compacts offrent l'opportunité de prendre des clichés en toute discrétion et de les emporter partout sans se soucier de les protéger outre mesure, il faut bien dire, qu'une fois après avoir goûté au reflex, il est très, très difficile (enfin, je parle pour moi) d'utiliser un appareil compact, qui ne se tient pas bien en main, qui est peu réactif et dont le contrôle, de manière générale, laissent à désirer. Je fais donc mon snob et vais vous dire pourquoi, si vous possédez un reflex, voire un hybride à objectif interchangeable, il est nécessaire de s'équiper de plusieurs objectifs, et accessoirement, de les prendre avec soi. Bien que vous chérissez votre reflex, celui-ci n'est rien, mais alors absolument rien, sans l'objectif qui va vous permettre de cadrer votre sujet. Que vous vouliez prendre des détails, immortaliser une scène de rue ou sublimer la nature qui se trouve devant vous, il vous faudra des objectifs spécialisés (sauf si vous êtes satisfait de l'objectif vendu avec votre appareil qui couvre peut-être 90% de vos besoins).

Orchis vanillé
Bergerie esseulée
Capra ibex
Les trois images ci-dessus auraient toutes pu être prises le même jour. En effet, lors de mes balades dans les alpages valaisans, j'ai rencontré une biodiversité importante tant au niveau des paysages qu'au niveau de la faune et de la flore. Afin de capturer ces sujets variés, j'ai utilisé un 35 mm (se substituant au macro que je ne possède pas), un grand angle pour avoir une vue d'ensemble d'une portion d'un alpage et un télézoom pour prendre la faune. Sans vouloir présenter ses photos à un journal ou en tant que reportage, les simples photos que l'on montre à la famille ainsi qu'à ses proches sont beaucoup plus intéressante si elles sont variées. Présenter 35 photos de magnifiques plages de sable blanc, tout autant sublimes qu'elles soient, est ennuyant; au bout de la 10ème, on a compris le principe. C'est pourquoi, présenter 1 ou 2 photos de plages, 1 voilier, des enfants qui jouent sur la plage, 1 photo prise sous un arbre, un coucher de soleil, etc. peut amener du piment à votre petite présentation et sucsciter l'intérêt de votre audience. La variété de vos objectifs déterminera votre point de vue, votre cadrage et votre style, et par dessus tout, votre motivation. Evidemment, tout cela n'est pas gratuit, peut parfois même coûter un bras, une voiture d'occasion ou un divorce. Soyez prêt à justifier votre démarche photographique ou alors à affronter la tempête lorsque votre conjoint(e) découvrira que vous avez entammé la moitié du budget consacré aux études de vos enfants...

3. Dans un sac qui le protège, tu transporteras ton matériel (et ton corps, tu muscleras)...

Après s'être équipé en matériel photo, appareil compact, hybride ou reflex, trépied (indispensable) et objectifs, il faut penser à transporter tout ce barda. Pour cela, vous disposez de trois options: a) transporter votre matériel à la main et le ranger de manière aléatoire dans divers sacs non adaptés, b) ajouter des rembourages dans un sac dont vous appréciez particulièrement le confort et les rangements et/ou c) acheter un sac dédié à ranger, transporter et protéger du matériel photographique. Si l'option a) ne sera jamais une option pour moi, car je n'investis pas des montants élevés pour prendre le risque de casser mon matériel, les deux autres alternatives devraient retenir toute notre attention. Il arrive souvent de ne pas se plier au commandement #1 pour la simple et bonne raison que transporter son matériel lors d'une sortie à la montagne, par exemple, est compliqué. Si vous allez à la montagne souvent, pourquoi ne pas tout simplement mettre la sacoche (souvent offert avec l'achat de votre appareil) qui contient votre appareil dans un sac à dos de montagne ayant une ouverture par le haut et par le bas? De cette façon, votre appareil est accessible par le bas pendant que vous pouvez toujours prendre votre pique-nique ou polaire par le haut.
Si vous n'avez pas l'habitude de prendre un sac à dos lors de vos sorties en montagne et que vous vous baladez en tongues et jeans lors de ces excursions, je ne peux rien pour vous. La solution ultime est de s'équiper d'un sac de montagne (pour reprendre cet exemple) adapté à la photographie. Cependant, certains de ces sacs (peut-être même la majorité) ne sont pas parfaits quant à la place réservée pour le reste des affaires de montagne. Parfois, il faut faire des compromis par rapport à la quantité de matériel que l'on emporte, mais s'il-vous-plaît, n'achetez pas un reflex avec plusieurs objectifs pour les laisser à la maison lors de votre voyage aux... Galapagos! Si vous sortez au marché et que vous prenez votre appareil photo, mettez-le dans une sacoche ou un sac pour les pauses cafés ou en cas d'intempéries imprévisibles. En plus de l'utilité que ce sac ou sacoche vous procurera, cela vous musclera. Veillez toutefois à ne pas surcharger votre sac ou à en utiliser un qui s'avère inadapté; danger aux niveaux des articulations!
Sac à dos de montagne, spécaliement équipé pour la photo. Bien que confortable, il ne peut transporter qu'un nombre limiter d'habits et de ravitaillement en plus d'un appareil pro avec sa poignée, un 16-35 mm, un 35 mm et un 70-200 mm.

4. Sur site, ton appareil de son sac tu sortiras (commandements #1 et #2, tu n'oublieras pas)...

Un appareil dans un sac bien rangé est un premier pas vers la prise de vue, mais celle-ci n'est rien sans avoir sorti votre appareil du sac et l'avoir mis sur "On". Il y a bien une chose que j'ai apprise et découverte en photographiant: certaines situations ne se représentent jamais. Alors autant avoir l'appareil à portée de main, hors de son sac et prêt à déclencher. Evidemment, il ne faut pas avoir oublié ses cartes mémoires et de charger la batterie!
Eclipse solaireCe cliché fut le seul pris lors de l'éclipse solaire du 20 mars 2015. Ayant trop hésité à sortir mon appareil de sa sacoche, j'ai manqué la photo où un groupe de personnes s'équipait de lunettes de protection, regardait l'éclipse que certains pointaient déjà du doigt...
Lorsque tout le monde lève les yeux, il est plus intéressant de photographier non pas ce que les gens observent, mais bien les gens. Au début, je n'avais pas sorti mon appareil et ai manqué la dame qui montrait à son groupe d'amis l'éclipse totale du soleil pendant que certains d'entres-eux étaient, soit en train de mettre leurs lunettes, soit de regarder la direction que pointait le doigt. A la place, je n'ai eu que le cliché ci-dessous et, sorti de son contexte, on n'est pas sûr qu'il s'agisse d'une eclipse tandis que le cliché loupé aurait été très explicite! Pour augmenter les chances de capturer un moment unique, il est non seulement souhaitable d'avoir son appareil à portée de main, mais en plus que celui-ci soit enclenché et avec les bons réglages (du moins avec la bonne configuration qui permettra des ajustements faciles et rapides). J'entends souvent que l'on éteint son réflex ou compact pour économiser de la batterie. Premièrement, achetez-vous une seconde batterie (ce n'est pas cher en comparaison de votre appareil; entre 50 et 100 CHF). Deuxièmement, il s'agit d'un appareil photo et non d'un téléphone portable: la batterie est encore digne de ce nom. Et troisièmement, l'appareil se met automatiquement en vieille au bout d'un certain temps (configurable). Mettre son réflex sur "On", ça permet d'éviter, lorsque petit Tom s'excite et s'amuse en prenant son bain, d'appuyer sur l'obturateur, de se rendre compte que son appareil est éteint, de s'énerver, chercher le bouton de mise en marche, pour finalement déclencher et se rendre compte que petit Tom a arrêté de jouer avec l'eau et commence gentiment à s'ennuyer. Evidemment, à la fin de la prise de vue, ne pas oublier d'éteindre son appareil photo et d'arrêter le GPS. Expérience faite, il n'y a rien de plus énervant de se lever à 4h du matin pour prendre un levé de soleil, marcher 2h pour se rendre compte que l'appareil est sous tension depuis la dernière séance photo avec le GPS (fonction qui consomme énormément) et que la batterie est morte! Ouf, il y a la seconde batterie...
Aube presque ratéeMalgré une batterie vide, l'ascension matinale ne fut pas gâchée, car je possédais une seconde batterie chargée placé dans une poche près de mon corps pour éviter qu'elle ne se décharge.

5. Du temps, tu prendras (et tes amis embêteras)...

La photo est une question de temps avant tout. Temps que l'on fige, temps de pose... Mais surtout prendre son temps. Combien de fois m'est-il arrivé de prendre un cliché sans réfléchir, puis un autre identique, sans changer mon point de vue, ni mes réglages...? Cette démarche non réfléchie où l'on observe rien, ni l'environnement, ni le sujet, est vouée à l'échec. Ce n'est pas parce que l'on possède le dernier cri en matière de matériel photographique que celui-ci va faire le boulot à notre place. En effet, peu importe le sujet, si l'angle d'attaque de la prise de vue et le cadrage ont été originaux, symboliques et percutants, votre photo sera réussie. Dans le cas contraire, si vous abordez votre sujet de front sans réfléchir, de manière point-and-shoot comme disent les anglo-saxons, l'image sera plate et sans intérêt. Pour certains, il faudra prendre plus de temps pour s'immerger dans l'histoire que vous voulez raconter avec votre sujet, pour d'autres, cela viendra tout de suite. Certaines situations sont également plus propices à l'inspiration. En ce qui me concerne, je n'ai malheureusement pas ou peu de sens artistique, je dois du coup effectuer un sacré travail pour trouver mon approche, ma prise de vue. C'est laborieux quand on sait que lorsque l'on a cet oeil artistique, cet oeil du photographe, tout est plus rapide. Je tiens à rassurer les quelques (une minorité, j'en suis sûr) qui sont comme moi: on s'améliore. Ça peut être lent, mais ça marche.
Perdu dans le brouillardParfois, il suffit d'attendre, de rester en retrait et d'observer pour que la situation idéale se présente.
Donc, pour ceux-ci, entraînez-vous de votre côté avant d'embêter vos amis qui n'ont pas forcément la même patience que vous. La photo peut être très frustrant, surtout lorsque l'on pense aux efforts fournis pour produire une photo (qui pour nous représente bien plus qu'une jolie photo) et la voir se perdre au milieu des millions d'autres en provenance des réseaux sociaux avec tout au plus un "Ouais, c'est pas mal". Courage et patience, l'important, c'est que vos photos vous plaisent et que vous soyez enthousiastes en les prenant.

6. Dans le doute, l'inspiration tu chercheras (et ton propre style trouveras)...

Il y a toujours dans la vie d'un photographe un moment où l'on observe plus de progrès techniques ou artistiques. C'est normal, même si cela peut paraître frustrant. Dans ce cas-là, le meilleur remède peut être de changer d'objectif contre un qui n'a jamais été utilisé auparavant (financièrement peu efficace et logistiquement compliqué) ou alors de lire. Magazines, revues spécialisées, livres didactiques ou plus orientés artistiques, les choix sont énormes. Sans parler des biographies de photographes célèbres et les visites d'expositions, assister à des salons, des conférences... Rien de mieux que de s'instruire pour s'inspire, mais également nourrir son cerveau qui se fatigue à exercer toujours le même schéma. Comme les peintres, chacun va pouvoir avoir sa période bleue, son cubisme ou encore son art abstrait. Au travers de ces différentes périodes, on va découvrir ce que l'on aime, avec quoi l'on est le plus à l'aise, ce qui nous correspond le plus ou ce que l'on a envie de tester; cela va définir notre style. Ce style, croyez-moi bien, sera reconnaissable: il permettra de vous identifier et de vous sentir, en quelque sorte, unique (c'est quand même chouette et gratifiant, non?).
Frontière élémentaireCertains clichés demandent parfois à être observé une seconde fois.

7. Enfin, tes souvenirs tu sauvegarderas, classeras et imprimeras (et les photos inutiles, tu supprimeras)...

Il ne faut pas se cacher, si l'on prend des clichés, c'est pour les montrer! Impressions ou diffusions numériques, l'important c'est que ce que vous avez vécu se sache. Alors n'hésitez pas à être très minutieux, méticuleux et consciencieux dans votre archivage, classification et sélection. Il y a de très bonnes façons d'arriver à ces moyens, de très bonnes applications qui permettent de le faire, mais comme je ne suis payé par aucune d'entre elles, je vous laisserai le soin d'aller vous renseigner sur d'autres sites spécialisés. Investir dans un bel appareil photo, dans des objectifs, dans du matériel, de manière générale, consacré du temps, beaucoup de temps, souvent non rémunéré, sans prendre soin du produit final, du devenir de vos photos, est un crime! Non seulement, retrouver ses photos à l'ère du numérique si l'on a une bonne stratégie de classification est un jeu d'enfants, mais en plus les sauvegarder est vraiment crucial, car c'est le seul support! C'est pourquoi, sur les milliers (millions?) de clichés que vous avez pris, il faudra mettre les mains dans le cambouis et trier! J'ai souvenir d'une retrospective d'un voyage que ma belle-soeur nous a montré et qui a duré une plombe, car aucun tri des photos n'avait été fait. Si on peut suivre aisément une présentation de 100 à 200 photos, cela devient pénible au bout de la 1000e. Cela fait partie du photographe de sélectionner avec soin ses clichés. Imaginez que vous ayez obtenu des photos incroyables de votre immersion chez les moines tibétains, mais qu'avant de les montrer vous passez en revue les 30 premières heures de votre voyage (sur le chemin de l'aéroport, à l'aéroport, à l'embarquement, dans l'avion, à l'arrivée, sur le chemin menant aux moines, etc.) en 2 heures... L'impact qu'auront vos superbes clichés des moines tibétains sera très fortement réduit auprès de votre audiance s'il en reste une. Je ne dis pas que certains clichés de l'aéroport ne peuvent pas être intéressants, mais encore une fois choississez-les avec soin!
Avec l'avénement de l'ère numérique, trop peu de photos sont imprimées et beaucoup restent sur nos disques durs. Afin de palier à ce manque (car vos photos sont belles et méritent d'être mises en valeur), pourquoi ne pas imprimer une photo dans un cadre, dans un format très grand, un calendrier, un format de photo original, etc. Cela ne vous sera pas forcément destiné, mais vous pouvez offrir à vos proches le résultat de tous vos efforts! Maman aime la nature, Belle-maman la montagne, les jeunes parents des photos d'eux avec leurs enfants, le petit frère le sport, etc. Voir ses photos imprimées qui racontent une histoire, c'est tellement gratifiant! Osez et franchissez le pas! Je l'ai fait et cela a donné naissance entre autre à ce site, mais également à de nombreux calendriers, cadres photos et à un livre qui n'est que le début de mes impressions!

Qui suis-je pour vous donner des leçons? Juste un passionné qui souhaite donner son point de vue et qui forcément ne couvre pas tous les sujets, ni les opinions. Quelque chose à ajouter, alors n'hésitez pas à m'en faire part dans les commentaires. Critiques? volontiers! Destructives? Ou alors prétentieuses? Créez votre propre site et écrivez!


Sébastien Sollberger
Switzerland